Terres Romanes d'Auvergne

Blesle, un édifice surprenant

Blesle, un édifice surprenant
Blesle, un édifice surprenant

Blotti au fond d'une étroite vallée en Pays d'Alagnon, Blesle laisse deviner l'empreinte de son passé marqué par la présence d'une des plus anciennes abbayes d'Auvergne.

Cette fondation nous est connue par une lettre de l'abbesse Florence adressée au pape Urbain II. Ermengarde, comtesse d'Auvergne et mère de Guillaume le Pieux, fondateur de Cluny, décide d'ériger, entre 849 et 885, un monastère de femmes Largement doté en terres et églises, il sera directement placé sous l'autorité du Saint Siège sous le vocable de saint Pierre. La multiplicité de ses biens incita les abbesses à créer plusieurs prieurés : Leyvaux (Cantal), Thérondels (Aveyron), Julianges en Gévaudan, Chastel-Marlhac...

Il ne reste rien de l‘édifice primitif, la partie la plus ancienne étant le croisillon nord du transept. Au premier abord, l'architecture de l'abbatiale est complexe. La liaison intérieure de ses volumes traduit différentes étapes de construction que seule une étude approfondie permet d'appréhender. Imbriqué dans les anciens logis abbatiaux, cet édifice roman surprend par l'originalité de son architecture : une nef courte et étroite, un transept saillant et un vaste chœur d'une portée de voûte de 11,69 mètres, exemple unique en Auvergne. Mais l'église Saint-Pierre se distingue surtout par la richesse de son décor sculpté : de nombreux modillons et chapiteaux, dont certains échappent aux thèmes traditionnels des églises de Basse-Auvergne, ainsi que les voussures du portail sud, ornées de fleurs largement épanouies.

L'intérieur de l'édifice a reçu, lui aussi, un décor révélant l'importance de l'abbaye et peut-être un lieu, témoin de nombreux échanges artistiques. De récentes restaurations ont mis au jour plusieurs éléments de peinture murale, dont il faut souligner l'intérêt stylistique et iconographique : anges musiciens, deux représentations de saint Christophe, figures féminines … L'église abrite également le Trésor, d'où se détachent quelques œuvres : Vierge du Cheylat (XIIIe siècle), Christ roman, Sainte Anne trinitaire...

Placée sous l'autorité des seigneurs de Mercoeur dès le XIe siècle, rattaché aux « treize bonnes villes d'Auvergne » en 1558, Blesle conserve encore une architecture variée où se côtoient les riches demeures des notables et de nombreuses maisons à pans de bois.

Blesle, un édifice surprenant

Blotti au fond d'une étroite vallée en Pays d'Alagnon, Blesle laisse deviner l'empreinte de son passé marqué par la présence d'une des plus anciennes abbayes d'Auvergne. Cette fondation, connue par une lettre adressée au Pape Urbain II par l'abbesse Florence, est intervenue entre 849 et 885 sur décision d'Ermengarde, comtesse d'Auvergne et mère de Guillaume le Pieux, fondateur de Cluny.

Ajouter cette page à vos favoris